Rage against the playlist

avril 28, 2020

S’il était un film pour illustrer les travers de la consommation musicale depuis l’avènement d’Internet, il faudrait à coup sûr voir et revoir La Grande Bouffe de Marco Ferreri. À cause des principaux sites de streaming, leur pernicieuse berceuse de la « musique illimitée » et leurs suggestions aux noms putassiers (vous êtes plutôt « sunday morning music » ou « hits pour l’apéro »?), nous voilà condamnés comme Marcello Mastroianni, Michel Piccoli, Ugo Tognazzi et Philippe Noiret à mourir dans la flaque de notre propre vomi auditif. Les boutons pause, stop, avance et retour de nos chaînes hi-fi ne sont plus que de lointains souvenirs, seule la fonction « play » semble avoir survécu dans cette perfusion collective et forcée de décibels.

Ainsi, même lorsque le monde s’arrête de tourner à cause d’une crise sanitaire inédite, la prescription musicale de comptoir continue et chacun y va de sa petite « playlist de confiné ». L’alternative est aussi binaire que le format numérique qui les enfante : les playlist « qui donnent la pêche » versus les playlists qui permettent de se « recentrer sur l’essentiel ». C’est là que les gestes barrières s’imposent. Parce que la « playlist » sonne la victoire du contenant sur le contenu, parce qu’elle est voulue par tout le monde sauf par les artistes qui s’y retrouvent, parce que chaque disque que chaque groupe fait est une playlist en soi, parce que les seules « playlists » tolérables sont les compilations que l’on fait pour approcher la fille que l’on idolâtre en secret (Juliette H., où que tu sois désormais, sache que la seule raison pour laquelle je me suis levé pendant ces éprouvantes années de lycée, c’était toi), pour toutes ces raisons et de nombreuses autres encore, il faut fuir la « playlist » comme le Covid-19.

La sélection qui suit n’est donc pas une playlist de « talents à découvrir ou redécouvrir en temps de confinement » mais, au contraire, une stoplist non exhaustive de chansons qui devrait nous faire redoubler de colère tant chacune d’entre elles prenait déjà le pouls d’un quotidien suffocant et d’un système inique avant que ces derniers ne fassent l’ « actualité ».

« Foresight is the only key to save our children’s destiny. The consequences are so grave. So, so grave now »

When you gonna learn ? Jamiroquai

« C’est pas demain la veille qu’on fera marche arrière. On a même commencé à polluer les déserts »

Respire, Mickey 3D

« When people run in circle, it’s a very very mad world »

Mad world, Tears For Fears

« Radiation under ground and in the sky. Animals and birds who live nearby are dying »

Mercy, mercy me (the ecology), Marvin Gaye

« My instinct has been shouting at me for years saying let’s get out of here.
Toxic tumor bulging under the earth here. Need to purify the air here »

Utopia, Björk

« The world’s just spinning a little too fast. If things don’t slow down, soon we might not last »

Let’s be still, The Head And The Heart

« Society, you’re a crazy breed. Hope you’re not lonely without me. Society, crazy indeed. Hope you’re not lonely without me »

Society, Eddie Vedder

« Everybody’s running round and round in circles. What is it they’re trying to prove ? »

Love what you do, The Divine Comedy

« I’m inferior ? Who’s inferior ? Yeah, we need to check the interior of the system that cares about only one culture. And that is why we gotta take the power back »

Take the power back, Rage Against The Machine

« You don’t want to see how empty your soul has become »

Don’t expect much form world’s end, Plebeian Grandstand



Imprimer la page